Un conseil d'administration de 10 membres à la tête de 40 bénévoles

​LE CAVE SE REBIFFE

 ( D' après Michel AUDIARD, un cave c'est un bleu, un débutant qui s'y prend mal et qui fait tout foirer)

Après avoir été discrédité, harcelé , à la limite diffamé par le sous-préfet de Redon, j'ai pris la décision, après l'avoir averti, de dénoncer le comportement inacceptable et indigne de la part d'un haut fonctionnaire de l'état

 

   Nous sommes en juillet 2014, j'ai Monsieur TARDIEU, sous-préfet de Redon au téléphone qui me dit qu'il ne peut pas autoriser l'étape de St Meen le Grand, au motif que je n'ai pas déposé de dossier de demande d'autorisation. Je lui réponds que je n'ai pas été informé que c'était la sous-préfecture de Redon qui avait compétence depuis 2014 pour traiter le dossier et comme je le fais depuis 14 ans, c'est à Rennes que je l'ai envoyé. Le dossier est traité dans l'urgence. L'incident est clos. C'est ce que j'étais en droit de croire.
 
    Quelques jours après cette conversation téléphonique, j'ai de nouveau Monsieur TARDIEU au téléphone qui me dit avoir fait son  enquête auprès de la préfecture de Rennes et que personne n'a vu mon dossier, ce à quoi je lui répond que celui ou celle qui l'a mis dans un coin ou au panier ne va certainement pas s'en vanter. Comment peut-on imaginer sans avoit l'esprit tordu, que je me serais abstenu volontairement d'envoyer le dossier. Je lui déclare sur l'honneur que le dossier à été envoyé à Rennes et que je ne lui permets pas de mettre ma parole en doute. Est-ce que cela va suffire ? Et bien non puisque je reçois le courrier ci-dessous daté du 25/07/14. Je crois réver, mais surtout je me rend compte que j'ai affaire à un personnage à problèmes .
 

 

Monsieur TARDIEU me propose de me recevoir pour que je lui donne les explications c'est à dire faire des centaines de km pour lui dire à nouveau ce que je n'ai cessé de lui expliquer au téléphone. Vous imaginer ma réponse.

 

Nouveau courrier du sous-préfet  en date du 13/11/2014, contenant une information de la plus haute importance

 

Depuis 1987, nous nous posions la question de savoir dans quelle catégorie devions nous classer le TBF. Monsieur TARDIEU m'informe, qu'après avoir pris contact auprès du ministère des sports, le TBF constitue une course à étapes et il me rappelle  l'article R 331-12 du code des sports qui définit la procédure administrative de demande d'autorrisation des épreuves cyclistes, oubliant une nouvelle fois que j'organise l'épreuve depuis l'année 2000.

La suite page 9